fbpx

Institut Français des Sciences de l’Homme

Centre de formation professionnelle en naturopathie, Massages-Bien-Être
et médecines complémentaires

Article - Pourquoi apprendre la phytothérapie ?

E-mail

« Le meilleur médecin, c’est la nature car elle guérit les trois quarts de toutes les maladies. » Galien

La phytothérapie est la thérapie par les plantes, domaine vaste par excellence ! Les végétaux sont nombreux et leur mode de préparation est quasiment infini : infusion, tisane, décoction, macération, teinture mère, extraits de plantes standardisés (EPS), gemmothérapie, sous forme de gélules, d’ampoules, de sirop etc… 

Dans cette introduction, apparaissent déjà quelques raisons de se former à l’art des plantes, tant la palette est vaste. Ah… J’allais oublier : 80% des plantes consommées en France sont importées. Qu’en est-il de la qualité ? De l’impact écologique ? Des différents labels ? Bref… 

Plus précisément, voici quelques points qui pourront vous amener à apprendre la phytothérapie : 

- La possibilité d’accompagner les maux du quotidien

De façon très symptomatique, un bon nombre de plantes apportent un soulagement pour les bobos de tous les jours. La phytothérapie permet également l’accompagnement, en soutien des approches purement allopathiques, de nombreux désagréments plus ou moins lourds.

- L’attrait exponentiel du public pour cette technique

De plus en plus de personnes s’intéressent aux bienfaits des plantes et à leur incroyable potentiel. Cela ouvre une part de marché non négligeable pour les personnes sérieusement formées mais également pour les laboratoires –plus ou moins sérieux- qui recrutent du personnel phytothérapeute. Il en va de même pour les boutiques bio et les supermarchés bio.

- Une dose de plante… Peut être une dose de poison… Ou potentialiser le traitement !

Bien que naturelle, la phytothérapie regorge de pièges à éviter. En effet, certains dosages peuvent nuire à la personne qui s’y expose :

Selon l’âge, les pathologies et les médicaments pris, il peut se révéler complexe d’éviter les méfaits sur soi ou sur les autres.

Il n’est pas nécessaire de piocher dans des plantes « compliquées » ou inconnues du grand public pour tomber sur des fauteurs de trouble. Prenons l’exemple de la réglisse : elle a la capacité d’augmenter la perte de potassium causée par les diurétiques et peut également augmenter l’effet des corticostéroïdes. Le ginseng, lui, peut causer des palpitations s’il est consommé avec du café. Il peut aussi, entre autres, augumenter l’effet des anticoagulants et l’effet des médicaments antidiabétiques. Et puis, autre exemple :  le pamplemousse qui, sous ses airs de soleil inoffensif peut se targuer d’avoir des interactions avec un nombre incroyable de médicaments : certains médicaments abaissant le cholestérol, certains médicaments traitant l’hypertension artérielle, certains antihistaminiques, certains corticostéroïdes etc…

Pour venir étoffer ces propos : une étude (relevée par Santé Magazine) a été menée par l’université du Hertfordshire et publiée dans le British Journal of General Practice. Les chercheurs sont arrivés à la conclusion suivante : les interactions plantes-médicaments peuvent, entre autres, réduire l’efficacité de ces molécules allopathiques, modifier le risque d’hémorragie, le taux de glucose dans le sang etc…

Certains des 149 participants à cette étude (âgés de 65 ans et plus) prenaient jusqu’à huit médicaments et compléments alimentaires différents par jour. Un tiers consommait à la fois des médicaments classiques, des gélules à base de plantes ou des compléments alimentaires. Les chercheurs ont constaté que 16 participants risquaient des interactions médicamenteuses indésirables. 

C’est sur ces mots que je me permets de vous proposer une bibliographie non-exhaustive :

  • « Traité pratique de phytothérapie », Jean-Michel Morel
  • « Larousse des plantes médicinales » , Andrew Chevallier
  • « La phytothérapie : se soigner par les plantes », Docteur Jean Valnet
  • « Mon herbier de santé », Maurice Mességué
  • « La phytothérapie », Yves Vanopdenbosch

Vous souhaitant un bel apprentissage,

 

Article rédigé par Vanessa Celli, Naturopathe, formatrice à l'IFSH, réflexologue plantaire à Colmar, Page facebook : @naturocolmar, Image :  Canva 

Affiliations

ifsh logo SPN
ifsh logo APNF
ifsh logo FFMBE
ifsh logo REFORMED
ifsh logo REFORMED
ifsh logo REFORMED

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.