fbpx

Article - Quelle eau de boisson privilégier ?

E-mail

Eau du robinet, eau en bouteille, eau plate, eau gazeuse, eau minérale, eau de source…l’eau que l’on boit donne souvent matière à de nombreuses discussions. Alors que le grand public est largement sensibilisé à l’importance des vitamines, des minéraux et de la nutrition en général, l’eau figure comme le parent pauvre des éléments à prendre en compte dans la prévention santé. Et pourtant …. 

Lorsqu’on réalise que l’eau de notre corps représente entre 60 et 80% de notre poids corporel, on peut comprendre tout l’enjeu de choisir celle-ci avec soin. On ne parle finalement de l’importance de l’hydratation que lors des canicules car cela fait la une des médias. 

En naturopathie, l’eau est considérée comme une des 4 humeurs du « vase humoral ». On ne parle pas ici d’humeur au sens moral, mais bien de l’humorisme, un des piliers de la naturopathie pour prendre soin de sa santé. Comme le disait l’hydrologue « Louis Khune », « la maladie est une et humorale ». En d’autres termes si vos liquides internes sont encrassés, vous fatiguez votre organisme. Vous pouvez imaginer sans mal la piètre vitalité d’un poisson rouge nageant dans un bocal avec une eau croupie….Notre époque voit d’ailleurs apparaître un grand nombre de pathologies d’encrassement (cholestérol, obésité, diabète), ce qui a contribué à créer une nouvelle mode, celle des séjours de jêune.

S’il est courant d’entendre que les personnes âgées sont facilement déshydratées, il est reconnu que près de 50% de la population le serait. Avec diverses conséquences. Ainsi une bonne hydratation permettrait notamment d’améliorer drastiquement les brûlures gastriques, la constipation, la fatigue, la perte de poids, les douleurs en drainant les acides, les infections urinaires, etc …

Quelle eau boire ?

Il n’y a pas d’eau idéale. Il convient, comme toujours, de partir de votre situation et d’étudier la solution la plus pertinente pour vous. Le plus simple reste de pouvoir utiliser la ressource la plus disponible et la plus économique, à savoir l’eau du robinet, et augmenter son potentiel vibratoire pour retrouver une qualité d’eau proche de celle qu’on peut trouver à la source.

Pour cela, il est intéressant de regarder cette problématique à plusieurs niveaux : le niveau bactériologique, le niveau chimique et le niveau énergétique ou vibratoire.

L’eau du robinet

Dans nos pays occidentaux, l’eau du robinet représente la source la plus accessible et cela peut être considéré comme un luxe pour une grande partie de la population mondiale. A partir de l’eau captée à la source, l’eau va être traitée à l’aide de chlore, de sels d’aluminium et de fluor pour éliminer toute trace bactériologique et rendre l’eau potable c’est-à-dire propre à la consommation humaine. Ce ne sont pas moins de 54 critères qui sont contrôlés par des organismes habilités pour déterminer si l’eau du robinet est potable ou non. 

Cette eau est donc potable, bactériologiquement saine. C’est déjà un grand pas mais cela ne suffit pas pour soutenir la vitalité globale. Pour obtenir une eau très qualitative, plusieurs étapes sont nécessaires.

1ère étape : filtrer son eau

Si l’eau du robinet est bactériologiquement saine, elle n’est malheureusement pas exempte des résidus de traitements chimiques comme le fluor, les sels d’aluminium, le chlore, les métaux lourds, les résidus médicamenteux. Les usines d’épuration ne sont pas encore toutes équipées pour filtrer ces résidus comme l’a démontré une enquête du magazine Que Choisir. Dans de nombreux échantillons analysés, on retrouverait à dose homéopathique certes, des traces d’hormones, de traitements anti-tumoraux ou de substances anti-dépressives !!

Pour filtrer ces résidus, vous pouvez utiliser un filtre à charbon de bois activé ou charbon de noix de coco, à placer directement à l’arrivée d’eau au robinet ou dans une carafe. Attention ! L’efficacité de cette mesure réside en partie dans le fait de changer très régulièrement les filtres, sous peine de produire le résultat inverse.

2éme étape : purifier son eau

Les filtres sont efficaces pour enlever les résidus chimiques mais n’interviennent pas dans la diminution de la teneur en minéraux.

Contrairement à ce qui est véhiculé par les publicités, les minéraux contenus dans l’eau, et notamment l’eau en bouteille, sont très peu assimilables et n’ont pas d’intérêt direct pour la santé. La recommandation est donc de privilégier une eau peu minéralisée. 

Si vous choisissez une eau en bouteille, vous pourrez retrouver ces informations sur l’étiquette sous le terme « résidu à sec ». Idéalement, il doit être compris entre 20 et 100 mg/litre. Les eaux fortement minéralisées présentent un résidu à sec pouvant aller jusqu’à 2000 mg/litre ….et les personnes grandes consommatrices de ce type d’eau se retrouvent très souvent avec des micro-cristaux dans les reins et les articulations.

Si vous utilisez l’eau du robinet, vous pouvez utiliser un système d’osmose inverse. L’osmose inverse consiste à faire passer les molécules d’eau par pression via une membrane ne laissant passer que les molécules d’eau. Une eau osmosée va donc être douce, avec très peu de minéraux.

Consommer une eau peu minéralisée issue de l’osmose inverse et de la filtration sous forme de cure de 3 semaines permet un nettoyage global du corps. De part ses propriétés happantes, l’eau osmosée ne doit pas être consommée comme eau quotidienne et principale. Vous pouvez ajouter une ampoule de sérum de Quinton isotonique par litre pour obtenir une eau à la fois pure et positive pour l’organisme.

Une fois la filtration effectuée, votre eau est plus pure, mais toujours inerte. L’idéal étant de retrouver le même niveau vibratoire qu’une eau au griffon.

3ème étape : dynamiser son eau

La dynamisation de l’eau consiste à créer un mouvement en forme de vortex via un procédé mécanique ou énergétique. Lorsque l’eau traitée du robinet passe par des canalisations, la structure moléculaire de l’eau est cassée, la rendant inerte. L’eau naturelle des sources suit toujours des courbes très harmonieuses et ne circulent jamais à angle droit.

Vous pouvez tout simplement exposer votre eau au soleil, remuer avec une cuillère, poser des aimants sur la carafe, utiliser le magnétisme de vos mains ou recourir à des appareils plus sophistiqués.

Pour percevoir l’intérêt de boire une eau dynamisée, je vous invite à penser au bien-être ressenti à côté d’une cascade, ou après une pluie d’orage. Les animaux ne s’y trompent d’ailleurs pas. A choisir ils préfèrent toujours une eau de pluie à une eau du robinet.

4ème étape : informer son eau

La dernière étape pour faire de votre eau une alliée incontournable est de l’informer. C’est la cerise sur le gâteau ! 

Comme l’ont magnifiquement montré les travaux du chercheur japonais Masuru Emoto, l’eau a cette capacité extraordinaire de conserver la mémoire des informations transmises. Ainsi, si vous mettez votre eau de boisson à côté du micro-ondes ou si vous l’exposez à la musique de Mozart, votre eau n’aura pas la même vibration. Vous pouvez ainsi mettre des mots d’amour sur votre bouteille en verre, passer de la musique classique. L’eau a cette puissance pour nettoyer toutes les mémoires cellulaires engrammées dans notre corps. Plus vous choisirez d’augmenter sa vibration, plus elle aura un impact positif sur votre énergie et votre santé.

L’eau en bouteille

S’il est facile de mettre en œuvre ces différentes étapes à la maison, la démarche se complique lors des déplacements hors du domicile. Pour beaucoup, il a fallu recourir aux bouteilles plastique. Sensibilisés à l’impact environnemental consternant des bouteilles en plastique, les consommateurs boudent cette solution. Lorsqu’elles sont stockées au soleil, les bouteilles plastique peuvent relarguer des phtalates et du formaldéhyde. Le marché de l’eau en bouteilles plastique se tarit. Mieux vaut privilégier une eau dans une bouteille en verre. D’ailleurs, l’enseigne de magasins biologiques CABA-BIOCOOP a boycotté la vente de bouteilles en plastique pour ne proposer que des systèmes de filtration. Et comme nous vivons de façon de plus en plus nomade, les technologies issues de l’univers du trekking nous offrent aujourd’hui des solutions pour filtrer, purifier et dynamiser notre eau. Vous trouverez facilement sur internet des systèmes nomades, pratiques et efficaces.  

Quelle quantité boire ?

La quantité d’eau nécessaire pour chacun va dépendre de nombreux facteurs. Elle dépendra du niveau d’effort physique fourni, de la météo, du type d’alimentation à base de céréales ou de légumes et fruits, et de l’âge de la personne. Idéalement, l’apport est compris entre 1l et 2L d’eau par personne et par jour. L’indice qui permettra d’évaluer la juste quantité d’eau pour vous, est la couleur de vos urines. Si vos urines sont jaunes, odorantes en journée, c’est l’indication de boire plus. Par contre, si vos urines sont aussi claires que l’eau de la cuvette, inutile de boire plus, cela fatiguerait vos reins.

S’il est plus facile de boire pendant les repas, ce n’est pas forcément le meilleur moment pour la consommer. L’idéal est de boire en petites gorgées en-dehors des repas pour éviter de diluer le bol gastrique et accélérer la digestion.

Enfin, prendre soin de la qualité de son eau intérieure, c’est directement agir pour la santé des mers. A l’échelle du système global, nous ne sommes qu’UN. Il est vital de purifier nos états internes pour contribuer à dépolluer la planète.

Patricia Leray, Naturopathe

Nos affiliés

L’IFSH est reconnu pour le sérieux et la qualité de ces formations

ifsh logo SPN
ifsh logo APNF
ifsh logo FFMBE
ifsh logo REFORMED
ifsh logo REFORMED
ifsh logo REFORMED

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.